Blogue

feet in hammock

Résilience au travail: l’importance de la récupération

by admin 20/07/2016

Après une dure journée de travail, un temps d’arrêt ne veut pas nécessairement dire qu’on se repose.Et un moment de repos ne signifie pas non plus qu’on récupère. Selon plusieurs études, la résilience au travail passe par une bonne capacité à récupérer, soit à se remettre des efforts déployés dans sa journée de travail.

Il est 15 h. Encore deux heures au boulot… mais vous cognez des clous, votre esprit fuit et vous n’avez plus aucune motivation. Pourquoi votre performance est-elle donc atteinte à ce point?

En entreprise, la faible productivité a un coût. On lui attribue des pertes annuelles de 62 G$ (!) pour les entreprises. La cause? Des travailleurs incapables de récupérer après leur journée de labeur.

Des chercheurs dans les domaines de la santé, des sciences du sport et de la psychologie organisationnelle se sont intéressés à ce «besoin de récupération» chez les travailleurs. Il se fonde sur un concept simple. Le travail exige des efforts durant la journée de travail; si le travailleur a assez de temps pour récupérer, il se présentera au boulot le lendemain matin sans le moindre «symptôme résiduel» de sa journée précédente. Cependant, sans la possibilité de vraiment faire le vide et d’oublier les tâches en cours, donc de récupérer l’énergie déployée, on ne peut pas espérer être performant au travail à long terme.

S’épuiser plutôt que récupérer
Surcharge de travail et épuisement sont ainsi le contraire de la résilience au boulot. Inutile de faire des nuits blanches ou de se forcer à travailler des heures supplémentaires lorsque le corps crie sa fatigue. La performance au travail ne fera qu’en souffrir.

Les recherches démontrent qu’une récupération déficiente accroît les risques d’accidents sur les lieux de travail. Et le manque de sommeil est coûteux : on le chiffre à 11 jours perdus par employé chaque année. À ce compte, il vaudrait mieux prendre deux semaines de vacances supplémentaires.

À l’instar du corps après une séance de sport intensive, le cerveau a besoin de repos après une journée de travail bien remplie. Donc, si vous êtes particulièrement efficace une journée, vous aurez besoin de davantage de temps de récupération pour vous requinquer. Sinon, c’est l’épuisement professionnel qui vous guette.

Le sommeil, cet allié
Pour se remettre d’une journée de travail, il y a la récupération externe : les soirées, les week-ends, les vacances.

Une étude menée en 2012 auprès de 1 307 infirmières a démontré que celles qui se plaignaient d’insomnie, de sommeil insatisfaisant ou insuffisant et de somnolence au travail avaient davantage besoin de récupération après le travail. Ainsi, comme on peut s’y attendre, une bonne nuit de sommeil entre deux journées de travail (durant lesquelles vous n’aurez pas rêvé au boulot) a des effets miraculeux sur la récupération du travailleur.

Bouger pour récupérer
Les chercheurs parlent aussi de récupération interne, à laquelle on parvient en faisant  des pauses pendant sa journée de travail. Les moyens? Rotation entre diverses tâches, pauses café, changement de posture, etc.

Et comment optimiser les moments de récupération lorsqu’on est exténué? Une étude publiée en 2015 dans le Journal Of Physical Activity & Health a démontré qu’une journée active entraîne un moins grand besoin de récupération après le travail.

Lire la suite ici

Read more
Business man hold tablet with resume

Comment rédiger un bon résumé sur LinkedIn

by admin 20/07/2016

Les plus pressés ne l’auront peut-être même pas remarqué. Dans la section «profil» de LinkedIn, il y a un petit encadré qui se lit comme suit : «Ajouter un résumé vous permet de mettre en valeur votre expérience et vos intérêts.»

Voici des conseils pour optimiser son résumé de carrière sur LinkedIn.

«C’est la section que les gens remplissent en dernier», souligne en entrevue Émilie Laurin-Dansereau, conseillère en employabilité au Club de recherche d’emploi de Montréal Centre-Ville (CREMCV). Elle écrivait pourtant dans une entrée de blogue: «Quand on est en recherche d’emploi, le résumé est peut-être la section la plus importante. C’est celle où l’on se décrit en tant que professionnel, indépendamment de nos anciens employeurs.»

MétroIl ne faut pas confondre le résumé de carrière avec la lettre de présentation.

Les plus pressés ne l’auront peut-être même pas remarqué. Dans la section «profil» de LinkedIn, il y a un petit encadré qui se lit comme suit : «Ajouter un résumé vous permet de mettre en valeur votre expérience et vos intérêts.»

Voici des conseils pour optimiser son résumé de carrière sur LinkedIn.

«C’est la section que les gens remplissent en dernier», souligne en entrevue Émilie Laurin-Dansereau, conseillère en employabilité au Club de recherche d’emploi de Montréal Centre-Ville (CREMCV). Elle écrivait pourtant dans une entrée de blogue: «Quand on est en recherche d’emploi, le résumé est peut-être la section la plus importante. C’est celle où l’on se décrit en tant que professionnel, indépendamment de nos anciens employeurs.»

Il ne faut pas confondre le résumé de carrière avec la lettre de présentation qu’on joint parfois au CV. «Je comparerais plutôt cela au profil de carrière que l’on met dans le CV. C’est un résumé de notre candidature.»

Parmi les informations importantes à communiquer: l’offre de service, ce qu’on peut apporter à l’entreprise, la formation, les années d’expérience, les logiciels qu’on maîtrise (quand c’est important pour le poste convoité) et les langues maîtrisées.»

En ce qui concerne la forme, la concision est recommandée : «De 10 à 15 lignes composées de phrases courtes et simples, dit-elle. Pour se démarquer, on peut commencer avec une citation, une statistique, un fait saillant percutant que l’on commente par la suite.»

Écrire un texte continu demeure la meilleure option, croit la conseillère. «Ça laisse transparaître notre style.» Et un peu de notre personnalité, donc. Mais pour ceux qui manquent de temps, Émilie Laurin-Dansereau conseille minimalement de remplir ce champ sous forme de liste à puces (bullet points).

L’importance des mots-clés

Que l’on prenne le temps d’écrire un texte ou que l’on choisisse la liste, la conseillère en employabilité rappelle l’importance d’inclure dans la section «résumé de carrière» tous les mots-clés que l’on a identifiés au préalable lors de la rédaction de son profil.

«Les mots-clés, explique Émilie Laurin-Dansereau, c’est ce qui nous permet de monter dans le référencement de LinkedIn.» En effet, LinkedIn comptabilise les mots-clés qui reviennent le plus souvent dans chaque profil. Puis, quand un recruteur fait une recherche sur ce mot-clé, il soumet les résultats des profils où la densité des mots clés est la plus élevée.

Lire la suite ici 

Read more

Les 8 Secrets d’un CV de l’avis d’un expert (Anglais)

by Kouakou Kouamé 25/11/2015

The average recruiter spends only 15 seconds looking at your resume. That’s not a lot of time, in the grand scheme of things. You can read every book and blog post to try to figure out what it is they’re looking for, but the best tactic is to go directly to the source.

And that’s what we did! We talked to career coach, resume expert, and owner/principal of professional services firm Career Polish, Inc., Lisa K. McDonald. She gave us some of her best secrets—that would probably cost you a pretty penny—for free!

1. Do not mass-produce.

Lisa says one resume is not appropriate or every single job for which you apply. Don’t treat your resume as a one size fits all—it doesn’t.  You should have a baseline resume, or what I call a working draft.  This resume could be three or more pages long, and the bullet points should cover any direction that you could go. If you’re considering opportunities in training, project management, or a technical position, make sure that you cover all the bases in the working draft.  When you find an opportunity, then you can go back and eliminate the bullets that don’t speak directly to that position. Your introductory sales statement should also be specifically geared for the one position that you are applying for at that time.

2. Apples to apples, not oranges.

Don’t waste the reader’s time on information that doesn’t relate to the specific job. If your past position isn’t a perfect fit for the opportunity but there were elements of this new position in what you did, focus on that.  Think of the 80/20 rule: Spend 80 percent of your bullets focusing on the direct relationship and 20 percent on supporting information. You want to build rapport and allow the readers to see you in this role, so make it easy for them and speak directly to what they’re looking for based on your experience.

3. Job success is the opposite of the stock market clause.

“Past performance is not an indicator of future success,” says McDonald, but the opposite holds true for candidates—past success is an indicator of future success. If you did it before or with another company, odds are you can do it again. Unfortunately job seekers mistakenly think that successes are only things that can be tangible or measured; in other words, numbers. Not so. You can bring value and benefit in intangible ways. For example, building engagement, improving communications, increasing efficiency—these are all things that are important components that can’t be measure in percentages. How did you add value? Figure it out and let the reader know!

4. Write toward the future; don’t rehash the past.

Too often, resumes are a conglomerate of CliffNotes of prior job descriptions. The problem with this is threefold.

  • What you were hired to do and what you actually did often turn out to be two different animals.
  • A job description tells me what you were hired to do, not if you actually did it—and beyond that, if you did it well.
  • It tells me nothing about the value you added as an individual.  Others may have held the same position, but how did you do it better? It’s up to you to tell the reader these fine points.

Stop right now, take out your resume, and after every single bullet point, write the words, “which resulted in” at the end, then finish the sentence. If you can’t describe how you added value in performing your duties, then they have no business on your resume.

Be sure to rewrite your resume after completing this exercise; don’t leave the “which resulted in” for each bullet point. Create engaging bullet points adding these factors.

5. Don’t overestimate.

Once again, it’s generally accepted that on first blush, a reader spends only a few seconds on a resume, so you have to make it count. This is where a strong opening statement, or a sales statement, comes into play. McDonald calls it a sales statement, because at the beginning of your resume, you should set the tone for the reader as to who you are, what you have to offer, and the position for which you are applying. Don’t forget to include the position name or title. Readers may be reviewing resumes for several different positions, and you don’t want them to have to try to guess which one you’re targeting. Their time is valuable—make it easy for them.

6. Answer the reader’s most important question.

One critical element mentioned in the sales statement is what you have to offer. The reader has one underlying question: What can you do for me? Answer that question first and foremost and set the tone for the rest of the resume to support those statements. This is not a matter of letting them connect the dots; it’s a matter of setting expectations and leading them down the path of seeing you—and only you—in the role they want to fill. Throughout the resume, continue to answer this question by demonstrating rather than stating. Telling me you performed a task does not convey that you’ve mastered the skills.  Telling me how you did it, the people you worked with, and the value that you added builds credibility.  It demonstrates you know the purpose and how it adds value to your customers, company, and team members.

7. Don’t rely solely on technology.

A spell-checker isn’t always your friend. You can write the sentence, “I worked four Merrill Lynch,” and spelling and grammar checkers will not let you know you made a mistake. Take time to read your resume and have others do so as well. Often our mind “sees” what we expect to be there rather than what truly is, so take time to review it carefully. One trick that can help is to read the resume in reverse. Start at the bottom and read the last sentence, or read the sentence backwards. It will feel odd, but it will help stop your mind from assuming.

8. Be you and shine through.

When someone reads your resume, they get a sense of who you are based on the visual element and the tone throughout the resume, similar to forming a mental image of a character in a book you’re reading. I can read a resume and pick up on if the writer hated a past job, is trying to fluff a position because she feels there wasn’t a lot to it, or was engaged and really contributed.

Use words that reflect you as a person. If you’re a behind-the-scenes kind of person, don’t use words that describe you as a take-charge, frontline person. Be true to who you are and create that image. When a reader speaks to you in person and the image she created and the persona you project match, it builds her confidence in what you have presented. If there’s conflict, the reader will get confused as to who is the real you. Remember, readers only believe about half of what you say because many resumes are overstated or overfluffed so consistency and truthfulness build credibility.

Source: http://www.levo.com/

Read more

How to find a job in South Africa

by Kouakou Kouamé 25/11/2015

Foreigners need to get a job offer in order to apply for a work permit for South Africa. Because of this, anyone interested in landing a job should begin their search online.

You cannot enter South Africa and begin your job search unless you already have one or a couple of job offers. Once you are offered a position in South Africa, you may apply for a work-seeker’s permit that will allow you to visit South Africa and attend an interview or assess further offers.

South Africans tend to rely on networking and recommendations when seeking jobs; but there are plenty other ways to find a job. You can begin your search through job websites such as www.darijobs.com.

Source: https://www.justlanded.com

Read more

Recherche d’emploi : comment s’organiser

by Kouakou Kouamé 25/11/2015

Vous êtes à la recherche d’un premier emploi, vous souhaitez changer d’entreprise, changer de métier ou de secteur d’activité ou tout simplement évoluer au sein de votre entreprise actuelle ? Quelque soit votre situation, avant de vous lancer un point sur votre bilan professionnel et personnel s’impose ! Cette démarche vous permettra de confronter votre projet à la réalité du marché de l’emploi.

COMMENT FAIRE LE POINT ?

Avant de commencer à écrire votre CV, vous devez impérativement collecter les informations qui vous seront nécessaires.

Les informations que vous collecterez devront concerner :

  • Votre formation
  • Vos expériences
  • Vous-même

Le but de l’exercice va être de mettre NOIR SUR BLANC l’ensemble de vos connaissances et acquis professionnels. A ce stade, ne pensez pas CV ou lettre, mais juste collecte d’informations.

Commencez par la formation, détaillez le plus possible, surtout si vous n’avez pas ou peu d’expérience professionnelle.

  • Pour les matières techniques, pensez aux habilitations, aux licences et permis.
  • Pour l’informatique, notez tous les systèmes et tous les logiciels
  • Pour les langues, estimez votre niveau en notant de 1 à 5 en fonction de vos compétences.

Poursuivez en indiquant toutes vos expériences en tant que stagiaire. Il est très important de bien détailler toutes les tâches que vous avez effectuées. N’hésitez pas à allez dans les détails.

Essayez de vous évaluer à votre juste valeur pour chacune des missions ou tâches. Cela vous permettra d’être au clair avec votre niveau de compétences. Pensez ensuite à qualifier à votre goût pour chacune des tâches réalisées, vous saurez ainsi ce que vous êtes à même d’exercer comme mission ou poste.

Faites la même chose pour les expériences professionnelles.

Pour les métiers techniques, pensez à décrire les pièces travaillées et les matériaux utilisés, les responsabilités techniques, hiérarchiques… (éventuellement les cadences de production).

Enfin, n’oubliez pas de dresser l’état des lieux des résultats que vous avez obtenus pour chacune de vos expériences (incluez des données chiffrées s’il y a lieu, cela n’en sera que plus probant).

Pour ce qui est de « l’analyse de vous-même », cela est un peu plus compliqué. D’abord par ce que nous ne sommes pas forcément objectifs en ce qui nous concerne et qu’ensuite, porter un jugement sur soi-même est toujours un peu difficile.

Le but n’est pas d’être bon partout ! Vous aurez comme tout le monde des points forts et des points faibles, mais en vous forçant à y réfléchir vous serez mieux préparé à retenir les offres d’emploi susceptibles de vous convenir.

Une fois cette réflexion menée, vous êtes prêt(e) à évaluer votre projet professionnel. Pour vous aider, vous pouvez consulter les fiches métiers du ROME (Répertoire Opérationnel des MEtiers) du ou des postes que vous avez identifiés. Ces fiches décrivent les activités et les compétences inhérentes au métier. Les consulter vous permettra de mettre en regard votre formation et votre expérience avec les pré-requis de l’emploi visé. Ainsi, vous saurez vous positionner plus facilement sur le marché de l’emploi et votre sélection des offres d’emploi n’en sera que plus juste.

ORGANISEZ VOTRE RECHERCHE D’EMPLOI

Pour réussir sa recherche d’emploi, il faut commencer par se mettre certaines choses en tête :

  • La recherche d’emploi prend du temps et nécessite de s’imposer un rythme de vie.
  • Structurez votre journée, et essayez de vivre au rythme des personnes ou des entreprises avec lesquelles vous devez entrer en contact.
  • Organisez-vous un coin « recherche d’emploi » où vous serez au calme et où vous disposerez : d’une table, d’un téléphone, de votre agenda, de votre répertoire et de vos fiches de suivi.
  • Gardez le contact avec vos relations et vos amis : le chômage n’est pas une honte, il peut toucher tout le monde. De plus bon nombre de personnes trouve du travail par le biais de leur réseau, le bouche à oreille fonctionne très bien pour savoir qui recrute !
  • Pour être efficace, il faut se sentir bien, donc ménagez-vous tout de même des périodes de repos et de loisirs. Dans tous les cas, sachez que le travail de recherche d’emploi est éprouvant, psychologiquement, affectivement et matériellement. Pour garder votre équilibre, vous devez garder la confiance de vos proches et les impliquer dans votre recherche d’emploi : collecte d’informations, lecture des journaux, etc.
  • Apprenez à positiver. Il est malheureusement rare que la recherche d’emploi ne dure que quelques jours et vous aurez certainement des réponses négatives. Plutôt que de les voir comme des échecs, servez-vous en pour rebondir et acquérir de l’expérience.

Une fois vos pistes de recherche précisées, il faut identifier les actions que vous allez mettre en œuvre :

  • fixez-vous des objectifs ;
  • engagez des démarches concrètes ;
  • attendez les résultats.

Votre pôle emploi est là pour vous aider dans vos démarches quotidiennes. Renseignez-vous sur les outils mis à votre disposition : postes informatiques, consultations d’annonces, de magazines professionnels ou spécialisés, photocopieurs, téléphones, documentation, annuaires d’entreprises…

Pensez à établir une liste des personnes qui pourront vous conseiller dans votre parcours : proches, professionnels, réseaux relationnels.

Tenez compte de vos contraintes et identifiez les obstacles. Il vous faudra imaginer comment les dépasser en cherchant, par exemple, des formations possibles.

STRUCTUREZ VOTRE RÉFLEXION ET PLANIFIEZ VOTRE EMPLOI DU TEMPS

Bâtissez-vous un calendrier, avec des objectifs réalisables et des échéances, jour après jour.

Pour être efficace, rien de tel que de se fixer des délais. A chaque étape, votre parcours sera « balisé ». Vous connaîtrez la prochaine action à réaliser. N’hésitez pas à faire un bilan régulier de vos démarches. Vous mesurerez, pas à pas, l’efficacité de chacune de vos actions et ce que vous pourrez améliorer ou rectifier.

VOUS MANQUEZ DE RIGUEUR ET VOUS NE SAVEZ PAS COMMENT VOUS ORGANISER ?

Utilisez le « Carnet de bord » que vous pouvez télécharger dans le bandeau droit de cette page. Vous pouvez également garder un agenda consacré exclusivement à votre recherche d’emploi. Vous y inscrirez les actions, les démarches, les échéances. N’oubliez pas de prévoir du temps pour relancer les entreprises.
Et respectez les délais que vous aurez vous-même fixés !

Enfin, si vous vous sentez un peu démuni(e) face à l’ampleur de la tâche, rapprochez-vous de votre pôle emploi. Vous pourrez vous inscrire à l’atelier « Organiser votre recherche d’emploi » : en petit groupe, un animateur vous donnera tous les trucs et astuces pour mener à bien votre recherche d’emploi.

Vous voilà prêt(e) pour la préparation de votre carte de visite professionnelle ! Alors rendez-vous le mois prochain : vous connaîtrez les trucs et astuces pour la rédaction de votre CV et de vos lettres de motivation et pour la préparation à l’entretien d’embauche !

Read more

Les trucs et astuces pour une recherche d’emploi réussie

by Kouakou Kouamé 25/11/2015

La recherche d’emploi est souvent un parcours semé d’embûches. Tour d’horizon des faux pas qui peuvent vous mettre sur la touche.

 LORS DE VOTRE RECHERCHE D’EMPLOI

Vous devez toujours être sur le qui-vive ! Une opportunité d’emploi peut se présenter à n’importe quel moment. Ne négligez pas l’appellation de l’adresse mail que vous donner : poussin75@yahoo.fr est à réserver pour votre vie privée ! Préférez l’appellation nom.prénom@xxxxxx.fr, beaucoup plus sobre !

De même, attention à votre message d’absence sur le répondeur de votre téléphone portable ! « Salut, c’est moi ! Mais je ne suis pas là ! Laisse-moi un message, je te rappellerai… ou pas ! » peut être amusant pour vos amis mais sera rédhibitoire pour un employeur. Alors, encore une fois choisissez la sobriété et veillez à bien articuler lors de l’enregistrement de votre message qui sera du type « Bonjour, vous êtes bien sur le répondeur de prénom + nom, je ne suis pas disponible pour le moment mais laissez-moi un message, je ne manquerai pas de vous rappeler. Merci ! »

Pensez également à votre réputation sur la toile, surtout si vous êtes adepte des réseaux sociaux, notamment de Facebook. Veillez à restreindre l’accès de votre profil à votre liste d’amis uniquement et évitez de mettre en ligne les photos de vos soirées, de même la photo de votre profil doit être des plus politiquement correcte. De nos jours, beaucoup de recruteurs ont le réflexe de taper le nom et prénom des postulants dans les moteurs de recherche !

 DANS LE CV

Ne pas hiérarchiser

Pour être lisible, un CV doit être structuré. Veiller à ce que les informations les plus importantes apparaissent en premier, car le recruteur doit pouvoir repérer tout de suite vos atouts pour le poste.
Les CV voués immédiatement aux « oubliettes »” :
Le CV-liste exhaustif de 2 pages écrit en tout petit.
Le CV bourré de fautes d’orthographe.
Le CV brouillon ou sale.
Le CV trop “créatif” ou original (sauf pour certains métiers d’art ou de création comme graphiste, maquettiste, décorateur, designer…). La mise en page de votre CV doit être sobre afin d’être la plus claire possible pour le recruteur. Choisissez une police de caractère lisible (Arial, Verdana…) et évitez les blocs de texte trop longs.

A la fin de votre CV, évitez le « remplissage » inutile avec des informations trop vagues, du type « cinéma », « sorties »…
Pensez à évoquer ce qui fait votre spécificité et non ce qui vous fait ressembler à tout le monde.
Précisez : cinéma animalier, coach club de foot benjamin, jogging 6h/semaine, romans policiers français…

Mentir

La tentation d’enjoliver son CV peut être forte, mais risquée. Certains exigeront, par exemple, la photocopie du diplôme obtenu. D’autres n’hésiteront pas à tester votre anglais lors de l’entretien de recrutement…

 DANS LA LETTRE DE MOTIVATION

Faire des fautes d’orthographes !

C’est rédhibitoire ! Surtout si vous briguez un poste pour lequel de bonnes compétences rédactionnelles sont indispensables.
Si vous n’avez pas une bonne plume, privilégiez les phrases courtes et les formulations simples. Via Internet ou par téléphone, renseignez-vous au préalable sur l’orthographe des nom et prénom de la personne à laquelle vous adressez votre candidature ! Il s’agit d’une marque de respect envers votre interlocuteur.

Mal se vendre

Adoptez un style positif ! Bannissez les formules « On m’a demandé de » ou « Il a fallu que ». Préférez plutôt « J’ai entrepris de », « J’ai participé à ». Mettez en avant vos périodes de stages, jobs saisonniers, projets associatifs, expériences à l’étranger…

Faire du « copier-coller »

Bannissez les modèles de lettres que vous trouverez sur Internet et personnalisez votre lettre : expliquez en quoi votre candidature est pertinente pour ce poste en question. Pour répondre aux attentes du recruteur et faciliter votre rédaction, n’hésitez pas à reprendre les mots-clés de l’offre d’emploi.

Ce que la lettre de motivation n’est pas :
Une simple lettre d’accompagnement du CV avec des formules toutes faites.
Une lettre qui reprend point par point tout ce qui est dit dans le CV.
Un roman… Soyez précis et concis. Une page doit suffire.
Une biographie… ne parlez pas que de vous. Parlez aussi de l’entreprise à laquelle vous vous adressez.

Une bonne lettre de motivation doit :
Vous correspondre, être sincère.
Illustrer vos qualités et vos réalisations, en complément du CV.
Démontrer votre intérêt pour l’entreprise.
Exprimer vos motivations et votre disponibilité.
Donner envie à l’employeur de vous connaître.

AVANT L’ENTRETIEN

Assurez-vous de la durée du trajet en fonction de votre mode de transport, si possible repérez les lieux du rendez-vous.
Préparez votre tenue vestimentaire pour le jour J, vos vêtements et vous-même devez être d’une propreté irréprochable. Le costume est de rigueur chez les jeunes hommes et une tenue élégante et sobre pour est requise chez les jeunes femmes. Pour les filles, un léger maquillage ne peut que vous mettre à votre avantage, évitez le vernis écaillé sur les ongles et le rouge à lèvres trop prononcé !
Regroupez dans un porte-documents ou chemise les copies de l’annonce de l’offre d’emploi, de votre CV et lettre de motivation (en plusieurs exemplaires suivant le nombre d’interlocuteurs) ainsi que les copies de vos diplômes et tout ce que vous jugerez utile à l’entretien.

Réfléchissez à toutes les questions susceptibles d’être posées par le recruteur. En voici une liste non exhaustive :

– Qu’est-ce qui vous a poussé à envoyer votre dossier de candidature ?
Montrez que vous n’avez pas postulé à ce poste par hasard. Reprenez les différents éléments qui vous motivent dans l’annonce, comme les missions, l’activité de l’entreprise, l’environnement de travail,… et expliquez en quoi elles correspondent à vos objectifs.

– Que savez-vous de notre entreprise ?

– Où vous voyez-vous dans trois-cinq ans ? / Qu’attendez-vous en termes d’évolution ?
Le recruteur juge ici de votre intérêt à faire carrière dans ce poste et peut juger de la solidité de votre motivation à long terme. Expliquez comment vous vous voyez évoluer professionnellement. Faites attention à ce que cette évolution soit naturellement possible avec le métier auquel vous postulez.

– Parlez-moi de vous :
On ne vous demande pas de parler uniquement de vous sans rapport avec l’emploi. Il faut mettre en parallèle vos expériences, formations, motivations avec le poste. Vous pouvez expliquer comment vous avez construit votre parcours pour arriver logiquement à postuler à cet emploi.

– Quelles sont les missions qui vous ont apporté le plus de satisfaction ? / Qu’avez-vous préféré au cours de vos études ?
Sélectionnez les missions et compétences qui sont transférables à cet emploi en particulier.

– Si vous êtes déjà en poste : Pourquoi vouloir quitter votre poste actuel et intégrer notre société ?
Avec cette question délicate, le recruteur cherche à évaluer si vous avez bien réfléchi à ce changement de poste. Surtout, évitez de mettre en avant des raisons négatives : vous ne vous entendez pas avec votre boss, vous en avez assez des temps de transport,… Faites plutôt ressortir les motivations positives : vous souhaitez relever un nouveau challenge, vous aimeriez rejoindre à présent une plus petite structure,…

– Si vous postulez à un poste en dessous de vos compétences : Pourquoi ne cherchez-vous pas un poste plus qualifié ?
Dans ce cas de figure, le recruteur peut avoir plus de mal à cerner vos motivations. Il veut s’assurer que vous ne postulez pas par défaut et que vous n’allez pas partir à la première occasion.

– Savez-vous quelles sont vos 3 principales compétences ?
– Quelles sont vos 3 qualités les plus utiles à un futur employeur ?
– Quels points forts ont fait la différence dans votre parcours ?

LORS DE L’ENTRETIEN DE RECRUTEMENT

Voici la liste des erreurs à ne pas commettre lors d’un entretien de recrutement :

– Trop court ou trop long
Une présentation de moins de trois minutes, le recruteur reste sur sa faim. Plus de dix minutes, il y a des chances qu’il décroche. Tout est une question d’équilibre.

– Réciter une leçon
Si certains candidats semblent pris au dépourvu, d’autres ont minutieusement préparé leur discours et on a l’impression que tout a été appris par cœur, ce qui dénote un manque de confiance en soi et donne à la présentation un manque de spontanéité.

– Répéter le contenu de son CV
Lorsqu’un recruteur reçoit un candidat, il a au moins lu son CV. Il est donc inutile de passer en revue tous ses diplômes et toutes ses expériences professionnelles. Il vaut mieux faire un tri et sélectionner dans son parcours les éléments les plus pertinents au regard du poste convoité.

– Parler de généralités et oublier les exemples concrets
Plutôt qu’entendre une liste d’expérience, le recruteur préférera que l’on détaille deux ou trois expériences clés, en donnant des exemples concrets sur l’environnement de travail. Quels ont été les réalisations, les objectifs atteints, etc.

– Arriver en retard
Qu’importe votre excuse, arriver en retard à un entretien peut s’avérer éliminatoire.

– Méconnaître l’entreprise visée
Un entretien, ça se prépare ! Renseignez-vous, au préalable, sur la taille de l’entreprise, son chiffre d’affaires, les produits qu’elle commercialise, ses futurs projets… et surtout sur tout ce qui est en lien avec le poste pour lequel vous postulez.

– Manquer d’humilité
Proclamer que vous êtes un excellent manager sous prétexte que vous avez suivi un module de management de 2 heures ou que vous êtes bilingue parce que vous avez passé vos dernières vacances dans un pays étranger est risqué… Ne perdez pas de vue que vous devrez faire vos preuves, même si vous sortez d’une grande école !

– Ne pas poser de questions
Pour clôturer un entretien, il est de bon ton de poser des questions au recruteur.

Il n’y a pas que vos paroles qui sont analysées lors d’un entretien d’embauche. Les recruteurs vous jugent aussi sur votre attitude et votre façon de vous tenir. Et certains gestes sont à éviter :

– Une poignée de main molle
– Les bras croisés
C’est un signe de repli et de protection, cela dénote donc une volonté de ne pas dialoguer avec votre interlocuteur.
– La main devant la bouche
Parler avec les doigts sur les lèvres ou la main en opposition avec la bouche interpellera toujours le recruteur. Le candidat est vraisemblablement en train de mentir ou de masquer la vérité.
– Le regard fuyant ou trop insistant
Tous les professionnels du recrutement vous le diront : rien de pire qu’un candidat qui fuit la confrontation du regard. Cette attitude peut froisser votre interlocuteur, en plus de trahir une profonde gêne.
A contrario, un regard fixe insistant n’est pas non plus très apprécié. Il traduit une assurance trop prononcée.
– Les coudes sur le bureau
En entretien, l’espace réservé au candidat se limite à la chaise sur laquelle il est assis.
– Utiliser son téléphone portable
Le téléphone portable n’a aucune raison d’être allumé pendant un entretien. Vous devez être à 100 % disponible pour votre interlocuteur.
– Mâcher un chewing-gum
Tout comme le téléphone portable, le chewing-gum est très mal perçu.
– Être avachi sur son siège
La manière de se tenir assis est peut-être le comportement le plus révélateur pour un professionnel des ressources humaines. Il existe mille et une positions assises, voici les plus appropriées :
-Se tenir bien droit
-Etre calé au fond de sa chaise
-Se tourner bien en face
-Ne pas croiser les jambes
-Poser les mains sur les cuisses
– Tous les gestes d’anxiété
Ne pas savoir où mettre ses mains, se mordre les lèvres, jouer avec un stylo, taper du pied, se gratter, se caresser les cheveux ou la cuisse…

Source: Pôle emploi

Read more

Les 7 astuces du chercheur d’emploi malin

by Kouakou Kouamé 25/11/2015

Pour que votre candidature ne soit pas noyée dans la masse, il existe quelques techniques simples pour se démarquer à chaque étape du processus de recrutement. Cibler ses recherches, envoyer un CV « allégé », le truffer de mots-clés pertinents, relancer le recruteur… découvrez les 7 astuces que tout chercheur d’emploi doit connaître.

1. Postuler moins, mais postuler mieux

Certains candidats à l’emploi confondent parfois l’envoi de CV avec du spam. Inonder les recruteurs de candidatures inadaptées est un leurre. On a l’impression d’être efficace alors que c’est de la perte de temps pour tout le monde. La tentation est grande d’envoyer son CV dans toutes les directions. La recherche d’emploi sur Internet a en effet des avantages : plus besoin d’imprimer des CV, d’écrire à la main sa lettre de motivation, de mettre le tout dans une enveloppe et de la poster en espérant qu’elle arrive entre de bonnes mains. Aujourd’hui en effet, tout se passe par mail ou par des formulaires. On estime ainsi qu’un chercheur d’emploi bien entraîné peut postuler à 600 emplois différents en une semaine.

Mais le bombardement massif n’est pas la solution la plus efficace. C’est ce qui lasse le plus les chargés de recrutement : recevoir des CV qui ne correspondent à aucun métier de l’entreprise, à aucun poste à pourvoir. La conséquence est souvent la même : aucune réponse.

Mieux vaut choisir, la bonne entreprise, la bonne offre d’emploi et s’appliquer, plutôt que d’envoyer la même candidature standardisée à tous les recruteurs de France, de Navarre et d’ailleurs. Comme dans d’autres domaines c’est la qualité qui compte plus que la quantité.

2. Envoyer un CV pas trop lourd

Dans le cadre d’une candidature par Internet qui est désormais la règle, il faut privilégier les formats de fichier les plus répandus et les plus facilement lisibles par tous : Word, pdf voire rtf. Votre CV doit être le plus léger possible : pas d’image (pas de photo donc), pas de couleurs, pas de cadres qui perturbent la lecture de votre CV par les logiciels de tri de candidatures.

Les fichiers image (type .jpg, .eps, .gif) sont à proscrire sauf si vous êtes graphiste et que vous avez réalisé un CV  » créatif « . Mais dans ce cas précis, n’oubliez pas de le compresser au maximum et de joindre un CV au format plus classique.

Le nom de votre fichier doit aussi permettre au recruteur de gagner du temps dans son classement. Plutôt que de joindre un fichier intitulé CV2013_OK_version2.doc, optez pour un nom de fichier du type CV-Nom-Prenom.doc.

3. Travailler les mots-clés de votre CV

Si vous déposez votre CV dans une CVthèque ou que vous remplissez un formulaire sur le site carrière d’une entreprise, votre profil va alimenter une base de données. Votre CV sera en bonne compagnie avec parfois des centaines de milliers d’autres candidats. Les recruteurs qui vont aller piocher dans cette bibliothèque de CV vont faire des recherches précises en tapant des mots-clés correspondant aux compétences dont ils ont besoin : des noms de logiciels ou technologies maîtrisés, des notions de langues, des éléments concrets liés à des métiers (prospection, fidélisation par exemple pour les commerciaux) et des intitulés de postes couramment utilisés. Si vous voulez qu’ils vous trouvent, votre CV devra donc comporter impérativement tous les mots-clés spécifiques à votre fonction ou profession.

4. Faire une vraie lettre de motivation

Avec la généralisation de la candidature par internet, la lettre de motivation tend à se réduire comme peau de chagrin. Elle se résume souvent à un mail de motivation assez court en simple accompagnement du CV. Une manière de se démarquer consiste à faire une vraie lettre de motivation, dans les règles de l’art. Surtout dans le cas d’une candidature spontanée, mais pas seulement, votre lettre constituera ainsi une denrée rare et appréciée par les recruteurs. Faire ce que les autres candidats ne font plus est aussi un bon moyen de sortir du lot.

5. Faire un suivi de vos candidatures

Si un recruteur vous appelle et que vous ne vous souvenez pas qui il est à quel poste vous avez candidaté, ni de quelle entreprise il s’agit, vous ne marquez pas des points. Cette hésitation dénote un manque de professionnalisme dans le suivi de vos candidatures. Il suffit juste de faire un petit doc Excel par exemple avec plusieurs colonnes : date d’envoi du CV, poste, offre ou référence, nom du contact, nom et site internet de l’entreprise, etc. Ce suivi est un élément important dans l’organisation de votre recherche d’emploi : c’est une feuille de route qui permet de savoir quand relancer, qui risque de vous contacter et pour quel poste.

6. Relancer le recruteur

Relancer un recruteur permet de démontrer sa motivation, son intérêt pour le poste et de s’assurer que votre candidature a été bien prise en compte, C’est une astuce simple pour repasser en haut de la pile. La relance permet pourtant de se démarquer car les candidats ne sont pas nombreux à le faire. Selon notre enquête 2013 sur le recrutement, 51% des chercheurs d’emploi relancent rarement ou jamais les recruteurs après l’envoi d’une candidature. En général, il est conseillé de le faire par mail 2 ou 3 semaines sans réponse après une candidature. Après un entretien, l’idéal, au bout de 15 jours sans nouvelles, est de passer directement un coup de téléphone, car vous avez déjà rencontré votre interlocuteur. En parallèle, vous pouvez aussi prendre contact via les réseaux sociaux et en profiter pour rappeler votre motivation. Attention tout de même à ne pas tomber dans le harcèlement !

7. Envoyer un mail de remerciements après l’entretien

Simple politesse ou preuve supplémentaire de motivation, le mail de remerciements après un entretien est particulièrement apprécié. Il peut être très court du type « je vous remercie de m’avoir reçu lors d’un entretien lundi dernier. Notre échange m’a permis de mieux comprendre la dimension du poste à pourvoir et l’organisation de votre entreprise… » En ajoutant un mot pour redire votre intérêt pour le poste ou la mission en question.

Si le recruteur vous a demandé des infos supplémentaires (références à contacter, ou documents administratifs par exemple) c’est aussi l’occasion de le remercier pour le rendez-vous et de redire pourquoi vous êtes le candidat idéal. Ce simple message permettra de laisser un bon souvenir, de rester dans la short-list, et de marquer des points de manière subtile.

Read more
cv

L’honnêtété dans un CV : mission impossible?

by admin 25/11/2015 0 comments

La plupart des gens ont été tentés, à un moment ou à un autre, d’embellir leur c.v. en y ajoutant quelques petits trucs plus ou moins exacts. Quelques-uns franchissent la barrière, d’autres non. Est-ce que le fait d’être honnête dans son c.v. peut vous désavantager par rapport aux autres candidats ou au contraire, vous donne t-il un avantage ? Voici les 4 vérités sur l’honnêteté dans la rédaction du curriculum vitæ.

1. L’exagération

Lorsque vous rédigez votre c.v. faites attention de ne pas exagérer les postes, les fonctions ou les responsabilités que vous avez eu dans vos emplois précédents. Il est difficile, une fois rendu en entrevue, d’expliquer des tâches que vous n’avez jamais faites. Les employeurs sont donc capables, en examinant de plus près les candidats, de détecter ceux qui en ont trop mis dans leur c.v.

2. Les qualités

Il est courant d’ajouter une petite touche personnelle au c.v. en nommant quelques qualités qui vous définissent. Par contre, il ne faut pas inscrire uniquement les qualités dont vous croyez que les employeurs recherchent, mais bien celles que vous possédez. Le choix des mots a une très grande importance : être dynamique c’est bien, mais si cela ne vous colle pas, ne l’inscrivez pas. Par contre, peut-être êtes-vous quelqu’un d’énergique, qui se donne à fond dans les projets.

3. Se définir

Si la rédaction du curriculum vitæ vous semble une tâche ardue, vous pouvez vous aider de vos connaissances professionnelles, (connaissances dans votre secteur, vos amis, votre famille). En effet, il est parfois difficile de prendre conscience de tout le travail que vous effectuez au cours de votre emploi. Il peut être tout aussi difficile de trouver les qualités que vous possédez réellement. En demandant l’opinion des gens autour de vous, vous allez pouvoir décrire une personne qui vous ressemble vraiment dans votre c.v.

4. Un avantage

Si votre c.v. vous ressemble et qu’il démontre ce que vous êtes capable de faire, vous allez dénicher l’emploi fait pour vous, selon vos capacités, vos aptitudes et vos qualités. Vous serez donc plus heureux au travail et ainsi, plus productif ! Finalement, lors de votre prochaine rédaction de curriculum vitæ, pensez-y à deux reprises avant d’inscrire des informations inexactes.

Marianne Jolicoeur

Intervenante Solidarité Jeunesse

Article publié sur cje St-Laurent

Read more
Communities_ Networks

Le réseautage en recherche d’emploi

by admin 25/11/2015

Les méthodes traditionnelles

Pour la plupart d’entre nous, la recherche d’emploi est une étape qui reviendra plusieurs fois au cours de notre vie professionnelle. Lorsque nous sommes en « recherche », nous utilisons plusieurs méthodes pour nous mener vers l’emploi. L’utilisation du journal pour trouver une offre et y envoyer son curriculum vitae, l’envoi de candidature par courrier électronique ou la consultation de babillards d’offres d’emploi sur Internet sont des méthodes répandues.

Ce qu’est le réseautage en recherche d’emploi

Le réseautage représente donc l’action d’entretenir et de créer de nouveaux contacts dans le but d’échanger de l’information et de partager des renseignements pour tenter de décrocher un emploi. En adoptant une méthode active comme le réseautage, cela vous permettra non seulement de vous faire connaître auprès de vos collègues et des gens qui exercent le même métier ou profession que vous, mais aussi vous augmentez vos chances de décrocher un emploi se trouvant dans le « marché caché ». Ce marché est celui qui n’est pas visible dans les journaux ou les sites Internet de recherche d’emploi et qui renferme des emplois qui sont accessibles entre autres, par le réseautage.

Avant de réseauter

1. Avoir un objectif professionnel clair et précis

2. Savoir pourquoi nous voulons réseauter

3. Être prêt à mettre du temps dans ses démarches

4. Être prêt à entrer en contact avec plusieurs personnes

Les attitudes clés en réseautage

1. Affirmez-vous positivement

2. Posez les bonnes questions

3. Écoutez les conversations

4. Présentez-vous d’une façon positive

5. Intéressez-vous aux autres

Pour toute question relative à votre recherche d’emploi, n’hésitez pas à consulter un conseiller en emploi !

Bon réseautage !

François Labrecque

CJE Saint-Laurent

Read more